arguer

arguer

arguer [ argɥe ] v. tr. <conjug. : 1; la conjug. de ce v. est régulière. Le u du radical se prononce dans tous les cas (comme dans tuer); ex. il argue [ argy ] >
• 1080 « se presser »; lat. arguere
1Littér. Arguer qqch. (de qqch.),en tirer argument. Vous ne pouvez rien arguer de ce fait. argumenter, conclure, déduire, inférer.
Dr. Arguer une pièce de faux, en affirmer la fausseté. ⇒ accuser, attaquer, contester.
2 V. tr. ind. Arguer de qqch. : mettre qqch. en avant, s'en servir comme argument ou prétexte. ⇒ alléguer, avancer, invoquer, prétexter, protester (de). « Ici le savant matérialiste protestera et arguera de la misère de l'homme » (Maurois). (Avec que) Arguant qu'il n'était pas averti.

arguer verbe transitif (latin arguere, prouver) Déduire quelque chose de quelque chose, l'en tirer comme une conséquence ; conclure : De ces témoignages on ne peut arguer que l'accusé est coupable. Alléguer quelque chose, l'avancer en tant qu'argument ; prétexter : Il demanda un interprète, arguant qu'il ignorait la langue.arguer (difficultés) verbe transitif (latin arguere, prouver) Prononciation [&ph85;ʀ&ph91;ɥ&ph89;], on prononce le u distinctement comme dans aiguille ou [&ph85;ʀ&ph91;&ph89;] sans prononcer le u. Orthographe et conjugaison Attention au tréma : j'arguë, tu arguës, nous arguïons. aussi R.O. 1990. Construction 1. Arguer qqch de qqch = l'en inférer, l'en déduire. Descartes arguë l'être de la conscience. 2. Arguer de = prétexter, invoquer. Il arguë de raisons médicales pour expliquer son absence. ● arguer (synonymes) verbe transitif (latin arguere, prouver) Déduire quelque chose de quelque chose, l'en tirer comme une conséquence ; conclure
Synonymes :
- déduire
- inférer
Alléguer quelque chose, l'avancer en tant qu'argument ; prétexter
Synonymes :
- alléguer
- faire état de
- prétexter
- se prévaloir
arguer verbe transitif indirect Se servir de quelque chose comme argument, comme motif ; prétexter : Il argua d'un violent mal de tête pour se retirer.arguer verbe transitif indirect Arguer de faux, prétendre qu'une pièce, qu'un document est faux. ● arguer (difficultés) verbe transitif indirect Prononciation [&ph85;ʀ&ph91;ɥ&ph89;], on prononce le u distinctement comme dans aiguille ou [&ph85;ʀ&ph91;&ph89;] sans prononcer le u. Orthographe et conjugaison Attention au tréma : j'arguë, tu arguës, nous arguïons. aussi R.O. 1990. Construction 1. Arguer qqch de qqch = l'en inférer, l'en déduire. Descartes arguë l'être de la conscience. 2. Arguer de = prétexter, invoquer. Il arguë de raisons médicales pour expliquer son absence. ● arguer (expressions) verbe transitif indirect Arguer de faux, prétendre qu'une pièce, qu'un document est faux.

arguer
v.
d1./d v. tr. dir. Litt. Tirer un argument, une conclusion (de qqch). Que voulez-vous arguer de ce fait?
d2./d v. tr. indir. Arguer de quelque chose: prétexter quelque chose, en tirer un argument. Il arguait de sa situation de famille pour obtenir un passe-droit. (N.B. Le u du radical se prononce dans toute la conjugaison: il arguë.)

I.
⇒ARGUER1, verbe.
I.— Emploi trans.
A.— Emploi trans. dir.
1. Latinisme, inus. [Suivi d'un subst. compl. d'obj.] Prouver, mettre en avant :
1. Cet acte royal entraînerait-il une responsabilité, ou a-t-on craint que je ne m'en fisse un titre d'honneur? Et en effet, en pourrait-il être autrement, si, n'arguant aucun grief, il ne semble punir qu'un des plus rares dévouements, celui d'un serviteur s'immolant avec son maître qu'avait abandonné la fortune.
LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 2, 1823, p. 560.
2. Son repos et sa prospérité [de l'Angleterre] font sa honte et arguent sa nullité.
RENAN, L'Avenir de la sc., 1890, p. 372.
DR. Arguer une pièce de faux. L'accuser d'être fausse :
3. Si on fût venu lui lire un récit matériellement exact de son dernier entretien avec le prince de Burbach, récit attesté par quatre témoins et paraphé de deux notaires, elle l'aurait immédiatement argué de faux.
GOBINEAU, Les Pléiades, 1874, p. 184.
2. Argumenter, donner comme argument, conclure.
a) [Suivi d'une prop. introd. par que] :
4. Pendant toute l'année 1943, Churchill s'efforça de faire revenir le gouvernement américain sur sa décision, en arguant que la collaboration devait exister dans la recherche atomique comme dans tous les autres domaines de l'effort commun,...
GOLDSCHMIDT, L'Aventure atomique, 1962, p. 52.
b) [En incise ou présentant le discours dir.] :
5. — Zèphe est trop rusé pour perdre d'un coup le bénéfice de la lettre, arguait le vétérinaire.
AYMÉ, La Jument verte, 1933, p. 290.
En emploi abs., rare. Argumenter :
6. Il arguë, comme si je n'avais été l'auteur que de ce seul Journal; ce qui lui permet de parler d'un « perpétuel échec », et de mon vain et constant effort pour dissimuler celui-ci.
GIDE, Journal, 1947, p. 307.
B.— Emploi trans. indir. [Dans une intention déterminée, qui, si elle est précisée, s'exprime par un compl. introd. par la prép. pour] Arguer de... Prendre prétexte de, tirer argument de, mettre en avant :
7. Il y retrouvait les mêmes détails sur l'attentat, avec cette différence que les uns indiquaient l'hypothèse d'un crime politique, tandis que d'autres arguaient de la solitude du lieu pour conclure à quelque agression d'un rôdeur, ...
P. BOURGET, Nos actes nous suivent, 1926, p. 127.
8. L'idée seule le transporta; pourtant il hésita d'abord, arguant de sa vieillesse, de sa fatigue, de sa mauvaise santé, de son ignorance du pays.
GUÉHENNO, Jean-Jacques, Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 151.
II.— Emploi intrans., rare. Plaider, constituer un argument en faveur de :
9. Pourtant, en la copiant ici, non seulement je ne la trouve plus si remarquable, mais de plus il me paraît que l'évidente vérité qu'elle constate arguait en faveur du rattachement au dogme — dans l'esprit de Franck tout au moins.
GIDE, Journal, 1931, p. 1094.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[], j'arguë []. FOUCHÉ, Prononc. 1959, p. 343 note que ,,le groupe gu suivi de voyelle se prononce (...) [] devant e, i, dans arguer, « accuser, conclure », argueux. (...) [g] dans arguer « passer par les trous de l'argue, l'or et l'argent »`` (cf. aussi NYROP Phonét. 1951, p. 167, § 219, GRAMMONT Prononc. 1958, p. 86 et 198 et KAMM. 1964, p. 156). Tous les dict. mod. de prononc. transcrivent [] sauf Pt ROB. qui transcrit []. 2. Homogr. : arguer (orfévr., dér. de argue; cf. supra 1). 3. Forme graph. — Ac. 1932 écrit le verbe sans tréma. ROB. fait la rem. suiv. ,,Selon Littré, Larousse et quelques grammairiens, il convient de mettre un tréma sur l'e muet et sur l'i qui suivent le radical : j'arguë, nous arguïons. À l'infinitif, on trouve argüer dans Larousse Universel (à côté de Argueur dans Larousse XXe siècle et autres dictionnaires). L'Académie (8e éd.) se contente de noter que l'u se prononce dans Argueur et l'usage des écrivains modernes est d'écrire arguer sans tréma quelle que soit la forme du verbe`` (cf. aussi Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr.). Pour QUILLET 1965 : ,,Le e précédé de u prend le tréma`` et pour DUB. : ,,l'e muet et l'i qui suivent le radical peuvent prendre un tréma``. On lit ds GRÉV. 1964, § 629 bis : ,,Cette opinion [nécessité d'écrire le mot avec tréma] est fondée; cependant les auteurs se dispensent le plus souvent de mettre ce tréma (ou parfois le mettent sur l'u)`` (cf. aussi Ortho-vert 1966). 4. Hist. : Ac. 1798-1878 indique la prononc. de l'u mais ne met pas de tréma sur le verbe. Dans tous les autres dict. indication de la prononc. de u et pour la rappeler, utilisation du tréma. Ex. FÉR. 1768 : ,,Il est [le mot] de trois syllabes, l'u et l'e sont détachés; et c'est pourquoi on met deux points sur l'ë``. Pour BESCH. 1845 le tréma est aussi nécessaire sur ce verbe que sur aiguë afin d'éviter la confusion entre le terme d'accusation et le terme d'orfèvr. Pour le tréma, cf. enfin LAB. 1881, p. 61 et MART. Comment prononce 1913, p. 241, pour qui l'orth. avec le tréma ,,épargnerait beaucoup d'erreurs [et] devrait être la seule correcte``.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Ca 1100 « se presser » (Roland, éd. Bédier, 992 : Itels. C. millie Sarrazins od els meinent Ki de bataille s'arguent e hasteent), seulement a. fr.; 2. 1140 « harceler, presser de paroles » (Hist. Joseph, éd. E. Sass, 672 ds T.-L. : A la dame respont, Qui l'argue et semont : Dame, lessiez m'ester), seulement a. fr.; 3. 1170 « accuser, blâmer » (Rois, éd. Curtius, Dresde 1911, p. 214 : Pur çó fái ta úreisun á Deu, se li pleüst a prendre cunréi des paróles Rapsacis que le rei des Assiriens ád envéied pur lui mesdire é árguer si cume il le ad oïd), considéré comme vieux ou peu usité dep. FUR. 1690; dep. Trév. 1771 spécialisé au domaine jur. dans l'expr. arguer un acte de faux; 4. XIIIe s. « argumenter » (Gouvernement des rois, éd. S. P. Molenaer, 199, 39 ds T.-L. : La .II. science franche et liberaus si est logique qui enseigne la maniere d'argüer et de respondre).
Empr., de même que l'ital. arguire et l'esp. argüir, au lat. arguere « montrer, dévoiler, prouver » (dep. PLAUTE, Menaechmi, 651 ds TLL s.v., 551, 23) aussi « dévoiler (avec idée de reproche), accuser, blâmer » (dep. PLAUTE, Amphitruo, 882 ds TLL s.v., 552, 32) d'où 3; « argumenter, discuter » en lat. médiév. (ALBERT LE GRAND, Anal. pr., 1, 5, 6, p. 624a, 10 ds Mittellat. W. s.v., 944, 20) d'où 4; également en lat. médiév. « pousser, presser » fig. (839-49, Altfridus, Vita Liutgeri, 2, 8 ds Mittellat. W. s.v., 944, 10) d'où 1 et 2. Le changement de conjugaison et le maintien du u seraient dus à l'influence de argutari, -are « bavarder, ». Ce dernier verbe ne peut être à l'orig. d'arguer (hyp. de REW5 n° 643, EWFS2, FEW t. 1 s.v. argutare, Foerster ds Z. rom. Philol. t. 2, pp. 87-88) en raison de son sens par trop différent. L'explication donnée à ce sujet par REW5 et BL.-W.5 (l'a.fr. arguer « presser » serait issu du lat. argutari « piétiner en parlant du foulon ») est à rejeter, car ce sens d'argutari n'est attesté que dans une comédie latine du IVe s. où il s'agit prob. d'une métaphore hardie et isolée (v. VÄÄNÄNEN, B. Soc. Néophilol. Helsinki, 1946, pp. 97-104).
STAT. — Fréq. abs. littér. :80.
BBG. — Canada 1930. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — DUL 1968. — LE ROUX 1752. — PIERREH. Suppl. 1926. — RAT (M.) Les Deux verbes arguer. Déf. Lang. fr. 1968, n° 42, pp. 10-12.
II.
⇒ARGUER2, voir ARGUE.

1. arguer [aʀgɥe] v. [CONJUG. diminuer.]
ÉTYM. 1080, « se presser »; lat. arguere « prouver, chercher à prouver, mettre en avant, dénoncer », avec infl. de argutari « bavarder ».
———
I V. tr. dir.
1 Littér. || Arguer qqch. de qqch. Tirer argument, tirer une conséquence. || Vous ne pouvez rien arguer de ce fait (Académie). Argumenter, conclure, déduire, inférer.
2 Dr. || Arguer une pièce de faux, en affirmer la fausseté. Accuser, attaquer, contester.
———
II V. tr. ind. || Arguer de qqch. : mettre en avant qqch., en tirer argument ou prétexte. Alléguer, avancer, invoquer, prétexter, protester (de). || Il argua de sa jeunesse pour obtenir son pardon.Arguer que (et l'indicatif) : avancer comme argument, ou prétexte. || Il arguait que son âge ne lui permettait plus les excès.
1 M. de Vauvert (…) lâcha contre nous la magistrature, sous prétexte de rapt, de violation de la loi, et arguant de la prétendue enfance dans laquelle le grand-père (…) était tombé.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, I, 7.
2 (…) je me butai au veto inexorable de M. le Garde des Sceaux, arguant contre notre collègue des titres mêmes qui le désignent à la faveur du haut personnel administratif.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, VI, 2.
3 Ici le savant matérialiste protestera et arguera de la misère de l'homme (…)
A. Maurois, Études littéraires, t. I, p. 179.
4 Il argua de son amitié (…)
Edmond Jaloux, Sous les oliviers de Bohême, p. 111.
———
III V. intr. Rare. Discuter, argumenter contre qqn.
5 Il arguë, comme si je n'avais été l'auteur que de ce seul Journal (…)
Gide, Journal, 15 mars 1947.
REM. Selon Littré, il convient de mettre un tréma sur l'e muet et sur l'i qui suivent le radical : J'arguë, nous arguïons. Arguër, à l'inf., semble archaïque. L'Académie (huitième éd.) se contente de noter que l'u se prononce dans arguer; l'usage des écrivains modernes est d'écrire arguer sans tréma quelle que soit la forme du verbe (→ cependant cit. 5, Gide).
————————
2. arguer [aʀge] v. tr.
ÉTYM. 1751; de argue.
Techn. Passer des lingots de métaux précieux à l'argue pour les étirer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем решить контрольную работу

Regardez d'autres dictionnaires:

  • arguer — 1. (ar gu é. L Académie ne conjugue pas ce verbe ; mais il faut écrire avec tréma : j arguë, tu arguës, il arguë ; et même il serait bien d écrire argüer, argüant, argüé, pour indiquer la prononciation ; …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • arguer — Arguer, et reprendre aucun, Arguere, Reprehendere. Arguer, aucunefois signifie autant que irriter et provoquer à courroux. Arguer et disputer, Argumentari et disputare, Disserere. Arguer ad utramque partem, Vtroque versus fusius disserere …   Thresor de la langue françoyse

  • arguer — ARGUER. v. act. Reprendre, contredire, trouver à redire. Cet homme prend plaisir à arguer. pourquoy nous vient il tousjours arguer? Il est vieux …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Arguer — Ar gu*er, n. One who argues; a reasoner; a disputant. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • arguer — index contender Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • arguer — ARGUER. v. a. (l U et l E se prononcent séparément.) Reprendre, contredire. Il est vieux en ce sens, et n est plus guère d usage qu au Palais. Argué, ée. participe. On dit, Argué de faux, pour dire, Accusé de faux …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • arguer — (n.) late 14c., agent noun from ARGUE (Cf. argue) (v.) …   Etymology dictionary

  • ARGUER — v. a. (L U se prononce.) Reprendre, contredire, accuser. Il est vieux en ce sens, et n est plus guère usité que dans cette phrase de Pratique, Arguer un acte de faux. ARGUER, neutre, signifie, dans le langage ordinaire, Tirer une conséquence d un …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ARGUER — v. tr. Tirer une conséquence d’un fait, d’un principe. Vous ne pouvez rien arguer de ce fait. En termes de Droit, Arguer un acte de faux, En établir la fausseté avec évidence …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • arguer — argue ► VERB (argues, argued, arguing) 1) exchange diverging or opposite views heatedly. 2) give reasons or cite evidence in support of something. ● argue the toss Cf. ↑argue the toss …   English terms dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”